Rencontre kundera

Milan Kundera, une rencontre

Critique d'artiste, critique des beautés calomniées, intransigeante envers la critique universitaire et journalistique. Le dernier en date de ces recueils, Une rencontre , est certainement celui où Kundera s'enthousiasme et s'irrite le plus vivement. Il parle comme pourrait le faire le dernier indigène d'une patrie rayée de la carte des peuples globalisés, et de surcroît, privée d'autre mémoire que le dénigrement et le dédain rétrospectifs envers les disparus.


  • escort nord pas de calais?
  • escort city tour.
  • Suivre cet auteur.

Les passagers de cet Exodus , ce sont les artistes, les peintres, les musiciens, les poètes, les romanciers, les cinéastes modernistes, de toutes nationalités, de tous partis, de Céline à Malaparte, de Janacek à Schönberg, d'Eisenstein à Fellini, aujourd'hui jetés, subrepticement ou non, à la trappe "postmoderne".

En le lisant, on songe à ce qu'aurait pu écrire, s'il n'avait pas pratiqué un art par définition silencieux, le peintre De Kooning, après avoir vu en , exposé dans une galerie new-yorkaise, l'un de ses dessins, donné par lui naguère à son très jeune collègue Rauschenberg, et gratté par les soins de l'ingrat, sous le titre ricaneur: Erased De Kooning Drawing. Point final à la peinture moderniste américaine et à sa grande génération d'expressionnistes abstraits.

Par cet iconoclasme, le pop art inaugurait le "postmodernisme" contemporain, le non-art coté en Bourse. De ce genre d'assassinat symbolique, Kundera donne un autre exemple, inattendu sous sa plume, car il fut l'oeuvre de quelques-uns de ses chers modernistes: Il rachète cet ancien crime des siens, par une admirable exégèse des Dieux ont soif , à juste titre replacé très au dessus du pamphlet tout-politique d'Orwell, Depuis les années , les modernistes ont souffert de plus en plus souvent, de la part des biographes et de l'oligarchie médiatique "postmodernes", d'ostracismes, de procès sommaires, de conspirations du silence.

L'oubli s'est abattu sur le grand roman prémonitoire d'Hermann Broch, Les Somnambules. L'estrapade biographique a été appliquée sous divers prétextes à Eliot, Cioran, Brecht, Bergman, Greene. Leur supplice public les a exposés tour à tour à une incroyable vindicte morale.

Il y porte son regard sur l'écriture à travers ses auteurs préférés ou ceux qui l'ont le plus influencé.

Menu de navigation

Milan Kundera poursuit ce dialogue avec lui-même comme il l'avait déjà entrepris avec L'Art du roman. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne le roman de Milan Kundera.

Pour le film de Lisa Azuelos , voir Une rencontre. Essai de Milan Kundera Essai français paru en Essai sur la littérature. Le geste brutal du peintre: Les listes noires ou divertimento en hommage à Anatole France IV. Le rêve de l'héritage intégral - Dialogue sur Rabelais et les misomuses - Le Rêve de l'héritage intégral chez Beethoven - L'archi-roman, lettre ouverte pour l'anniversaire de Carlos Fuentes - Le Refus intégral de l'héritage ou Iannis Xenkis texte publié en avec deux interludes de V.

gyfemilyxa.tk : Une rencontre Milan Kundera

Beau comme une rencontre multiple VI. Oubli de Schönberg - Ce n'est pas ma fête texte publié en dans la Frankfurter Rundschau , avec d'autres textes qui célébraient le centième anniversaire de la naissance du cinéma - Que restera-t-il de toi, Bertolt? La Peau: Le premier chapitre, consacré à Bacon, explicite le geste: Ainsi lorsque Bacon évoque Beckett ou, plus largement, et c'est là tout l'objet de ce texte non défini il n'a pas de sous-titre, essai? Il s'agit d'interroger l'art et son rapport au monde, au rire, à la mort, à l'oubli et la mémoire, par des lectures de détail, rapprochées, en citant des textes, en les lisant, les écrivant , comme l'avait fait Gracq, par des anecdotes, des essais au sens plein du terme: Rien, dans Une rencontre , n'est figé ou admis sans interrogation.

"Une rencontre", de Milan Kundera : Kundera apôtre du modernisme

Ce qui explique, sans doute, le singulier intriguant du titre, Une rencontre , alors que tout est ici pluriel, polyphonique. Une rencontre comme le moment d'une pensée, d'une conscience de soi dans et par l'art, celle de Kundera, celle du lecteur du recueil. Un singulier fait de pluriels en somme, un singulier temporel et non quantitatif.